Accueil

CITATIONS (2017-...)

Citations (archives 2012-2016)

Citations (archives 2008-2012)

LES TEXTES DU MOIS (2017-...)

Textes du mois (archives 2012-2016)

Textes du mois (archives 2008-2012)

HISTOIRES DRÔLES ET ABSURDES

Histoires drôles et absurdes (archives 2011-2012)

NOTES DE LECTURE

Notes de lecture (2012-2016)

notes de lectures (archives 2008-2012)

MA BIBLIOTHEQUE IDEALE

Ma bibliothèque idéale (archives 2012-2016)

ma bibliothèque idéale (archives 2008-2012)

carnet d'écriture n°1 (2009-2011)

carnet d'écriture n°2 (2012)

Carnet d'écriture n°3 (2012-2013)

carnet d'écriture n°4 (2014-2016)

DICTIONNAIRE DES MOTS ADOPTES

ELOGE DE LA FRANCOPHONIE

coin Caratini I César

COIN CARATINI II Auguste

COIN PROUST

COIN TOURNIER

COIN DES PETITS BATEAUX

RECENSEMENT DES TEXTES

RECENSEMENT DES OEUVRES.

RECENSEMENT DES TEXTES AUTOGRAPHES.

RECENSEMENT DES FILMS

ABECEDAIRE ANTIQUE.

Cicéron

ABECEDAIRE MYTHOLOGIQUE.

éléments de religion romaine

Les esclaves dans la société romaine antique de la fin de la République

la mort dans la Rome antique de la fin de la République

Coin cinéma n°1

coin cinéma n°2

coin cinéma n°3

coin cinéma n°4

coin cinéma n°5

coin cinéma n°6

GRAMMAIRE FRANCAISE

LES NOTIONS DE BASE

LE NOM

homonymes, paronymes

LE VERBE

le verbe et ses assistants

les différentes formes du verbe

Valeurs temporelles, aspectuelles et modales des temps de l'indicatif

le subjonctif et l'impératif

PRINCIPAUX ACCORDS

accord des noms

accord des adjectifs et des déterminants numéraux

accord des participes passés.

LA PHRASE

mémento grammatical

mémoire musicale

Oscar Wilde

Valeurs temporelles, aspectuelles et modales des temps de l'indicatif

dernière modification : 30 août 2012.

 

  1. III.            Valeurs temporelles, aspectuelles et modales des temps de l’indicatif.

 

  1. 1.     Temps, aspect, modalité.

 

  • Le temps. Les trois grandes catégories, en ce qui concerne le temps vécu, sont le passé, le présent et le futur. Il existe des temps (sens grammatical) du passé, du présent et du futur correspondant à chacune de ces catégories, mais l’ensemble des conjugaisons disponibles permet en réalité de multiples nuances et de multiples combinaisons.

 

  • L’aspect. Les temps grammaticaux peuvent aussi de donner des renseignements permettant de savoir si l’action est accomplie ou non (« Je mange »/ « J’ai mangé »). Le choix d’un temps permet de savoir si l’action se situe dans un secteur bien délimité du passé ou si, au contraire, ses limites sont imprécises (« Il tua l’homme »/ « Il tuait le temps »). Ces renseignements sont du domaine de l’aspect.

 

  • La modalité. Je voulais vous demander un petit service (imparfait de politesse) ; Il tousse, ce sera son asthme (futur hypothétique). L’emploi des temps peut nous renseigner sur l’attitude de l’énonciateur par rapport à son énoncé, ce qu’on appelle des modalités.

 

 

 

 

 

 

 

  1. 2.     Présent de l’indicatif. Valeurs temporelles.

Le présent de l’indicatif permet au locuteur d’évoquer une action qui se passe ou un état qui se constate au moment où il parle, mais aussi avant ou après.

  • Présent momentané (dit d’énonciation). Je t’appelle d’une cabine. Je suis à Rennes. La craie tombe. Le fait coïncide exactement avec le temps de l’énonciation.
  • présent actuel (dit aussi d’énonciation) J’ai appelé Katy. Elle roule tranquillement. L’action déborde de part et d’autre du moment de l’énonciation.
  • Expression d’un passé rattaché au temps de l’énonciation. Cela fait trois heures que Katy roule en direction de Paris/ Cela fait une semaine que la mer est mauvaise/ Depuis des siècles, les Français ont comme spécialité de se chamailler/ Katy vit à Brest depuis sa naissance.
  • Expression d’un futur proche. Katy arrive de Brest dans deux heures.
  • Présent omnitemporel ou gnomique [du grec « gnômikos », « en forme de sentence », « en forme de proverbe »] (dit aussi de vérité générale) Un triangle a trois côtés. L’eau bout à 100° C dans les conditions normales de pression. Vérités scientifiques qui ne sont pas tributaires du temps en ce sens qu’elles sont vraies aussi bien pour le passé et le présent que pour le futur. L’argent ne fait pas le bonheur. La fortune sourit aux audacieux. Dictons et proverbes, s’ils peuvent être contestés, présentent des faits comme aussi intangibles que les vérités scientifiques.
  • Présent de caractérisation. Katy a les yeux marron. Simple fait qui n’a pas de raison de changer.

 

 

 

 

 

 

  1. 3.     Présent de l’indicatif. Autres valeurs.

Le présent de l’indicatif peut exprimer autre chose que la simple situation dans le temps. Nous distinguerons les valeurs aspectuelles, les valeurs modales et les valeurs stylistiques.

  • Valeur aspectuelle : présent itératif (dit d’habitude) Katy quitte Brest une fois par an/ Tous les jours, je fais une promenade de deux heures.
  • Valeurs modales.
    • Expression d’un fait hypothétique. S’il fait beau, Lionel et Paola rejoindront Katy à Brest. Action soumise à condition.
    • Expression d’un ordre. Tu cesses de pleurer et tu viens te baigner avec Katy/ Vous me donnez un déca/ Vous me donnez un déca ? L’interrogative dans le dernier cas atténue le côté un peu brutal de la formulation.

 

  • Valeur stylistique : présent historique (dit de narration).  Un loup survient à jeun/ C’est alors que brusquement le fantôme apparaît/ Victor Hugo naît en 1802. Rendre présente une situation d’autrefois. Irruption du présent dans le passé pour rendre plus actuelle une scène au lecteur. Vérité historique.

Ensuite je me rendis chez Sa Majesté : introduit dans une des chambres qui précédaient celle du Roi, je ne trouvai personne ; je m’assis, dans un coin et attendis. Tout à coup une porte s’ouvre : entre silencieusement le vice appuyé sur le bras du crime, M.de Talleyrand marchant soutenu par M.Fouché ; la vision infernale passe lentement devant moi, pénètre dans le cabinet du Roi et disparaît. (Chateaubriand)

 

 

 

 

 

  1. 4.     Imparfait. Valeurs temporelles et aspectuelles.

Le plus souvent l’imparfait sert à exprimer une action en cours de déroulement dans le passé mais d’une façon qui l’oppose au passé simple et au passé composé. Il peut être aussi indispensable dans certaines constructions.

  • Valeur temporelle. Il pleuvait hier.

Imparfait dans le style indirect : la règle de la concordance des temps impose le passage du présent à l’imparfait quand on passe du style direct au style indirect.

« Je quitte Brest dans une semaine », m’a dit Katy hier.

Hier, Katy m’a informé qu’elle quittait Brest dans une semaine.

  • Valeurs aspectuelles.
    • Déroulement d’une action passée en cours d’accomplissement. Il pleuvait tout le jour. Passé dont on ne connaît ni le début ni la fin (contrairement au passé simple).
    • Une action qui se répète (imparfait d’habitude ou itératif) Alexandra buvait son café tous les jours à 8 heures.
    • Expression d’actions successives ou simultanées dans le passé. Albert sifflait un air endiablé et battait la mesure avec son pied. Il se levait, il déjeunait, il travaillait puis se recouchait. Au passé simple, on perdrait l’idée qu’il s’agit d’une habitude.
    • Expression d’une action passée détachée du temps de l’énonciation.  Je faisais du ski pendant mes jeunes années. Je ne savais pas écrire à huit ans.
    • Description située dans le passé. Alexandra avait les cheveux frisés qui penchaient sur ses épaules. Son regard était triste, mais sa bouche révélait la vigueur de son caractère. Alexandra peut encore être vivante, mais l’aspect physique est celui qu’elle avait à une époque située dans le passé.

 

 

 

 

  1. 5.     Imparfait. Valeurs modales et stylistiques.

L’imparfait de l’indicatif, outre les valeurs temporelles et aspectuelles, peut marquer d’autres nuances en relation avec l’énonciateur ou la volonté de produire un effet.

  • Valeurs modales.
    • Une action soumise à une condition. Alexandra dormirait mieux si elle buvait moins de café. La condition est introduite par la conjonction de subordination « si » et s’exprime à l’imparfait.
    • Une demande polie. J’espère que je ne vous dérange pas, je voulais juste vous dire bonjour en passant.
    • Imparfait de souhait. Ah ! Si cette leçon pouvait vous plaire.
    • Imparfait de suggestion. Si nous allions au cinéma ?
    • Imparfait hypocoristique. Alors, il avait mal à son doigt le p’tit chéri. Le mot hypocoristique [du grec hupocoristikos, « caressant »] se rapporte à des situations où l’énonciateur veut marquer son affection ou de la prévenance. Employé avec les enfants, avec les animaux, avec les malades hospitalisés, ou les personnes résidant dans des maisons de retraite… Notons que cela vaudrait aussi au présent.
    • Valeurs stylistiques.
      • Imparfait historique. Jules Ferry, père fondateur de l’école laïque, naissait le 5 avril 1832 à Saint-Dié dans les Vosges. L’emploi de l’imparfait donne l’impression que l’action est en cours d’accomplissement. Le lecteur attend donc la suite.
      • Imparfait d’imminence. Trois minutes plus tard, la planète explosait. L’imparfait rend la situation dramatique. Les conséquences de l’événement sont laissées comme en suspens, ce qui ne serait pas le cas avec « la planète explosa ».

 

 

 

 

  1. 6.     Passé simple. Valeurs temporelles et aspectuelles.

Le passé simple est également le temps du passé mais d’une façon autre que l’imparfait.

  • Valeurs temporelles. Comme pour l’imparfait, le passé simple indique l’antériorité par rapport au moment de l’énonciation.

 

  • Valeurs aspectuelles.
    • Une action globale et bien délimitée. Ils furent heureux et eurent beaucoup d’enfants. Le passé simple, contrairement à l’imparfait, présente l’action comme un tout bien délimité, en l’occurrence du mariage à la mort par exemple.
    • Une action de premier plan. Il pleuvait quand un éclair zébra le ciel.

L’une des plus célèbres apparitions du passé simple dans un texte à l’imparfait met bien en évidence cette caractéristique. Il s’agit d’un passage de L’Education sentimentale de Flaubert. Nous avons dû écourter la scène de description de ce qui se passe sur le bateau, mais sa lecture intégrale rend l’effet encore plus saisissant.

Le pont était sali par des écales de noix, des bouts de cigare, des pelures de poires, des détritus de charcuterie apportée dans du papier ; trois ébénistes, en blouse, stationnaient devant la cantine ; un joueur de harpe en haillons se reposait, accoudé sur son instrument ; on entendait par intervalles le bruit du charbon de terre dans le fourneau, un éclat de voix, un rire ;-et le capitaine, sur la passerelle, marchait d’un tambour à l’autre, sans s’arrêter. Frédéric, pour rejoindre sa place, poussa la grille des Premières, dérangea deux chasseurs avec leurs chiens.

Ce fut comme une apparition.

Dans la partie qui suit, Flaubert décrit la femme dont Frédéric vient de tomber amoureux. Il revient à l’imparfait dont nous avons vu qu’il convenait bien à la description.

  • Une succession d’actions. Elodie avala son café, se coiffa et partit travailler.
  • Essentiellement un temps du récit. Le passé simple est le temps du récit. Il domine dans les textes où l’histoire se raconte toute seule, sans énonciateur. Le passé simple est très présent dans les contes et fictions ayant des personnages à la troisième personne, alors qu’il est généralement absent des discours où l’énonciateur ne cesse d’intervenir.

Le passé simple est plutôt un temps de l’écrit. A l’oral, on le trouve dans un niveau de langue soutenu : la 1ère et la 3ème personne du singulier sont alors les seules utilisées. Le passé composé lui est préféré en général à l’oral.

 

 

  1. 7.     Futur simple. Valeurs temporelles et modales.

La fonction principale du futur est d’exprimer une action située dans l’avenir. Il sert aussi à marquer d’autres nuances.

  • Valeurs temporelles.
    • Action située après le moment de l’énonciation. David appellera demain. Il me dira quel jour il viendra me rendre visite.
    • Expression d’une action future par rapport à une autre action à venir. David appellera demain pour me dire quel jour de la semaine prochaine il viendra.
    • Expression d’une action à venir par rapport à un point du passé. Jules Ferry naît à Saint-Dié, dans les Vosges, le 5 avril 1832. Il sera le père fondateur de l’école laïque.

 

  • Valeurs modales.
    • Expression d’un ordre. Tu appelleras demain sans faute.
    • Expression d’une demande. Tu n’oublieras pas de m’appeler, n’est-ce pas ?
    • Expression polie mais ferme. Je te ferai remarquer que je ne suis pas contente que tu oublies de m’appeler. L’emploi du futur dans cet exemple atténue l’expression du mécontentement. Le recours au conditionnel, avec « pouvoir » comme semi-auxiliaire, serait moins agressif : « Je pourrais vous faire remarquer que… »
    • Expression d’une supposition. Je n’ai pas de nouvelles de David ; il sera dans une localité sans réseau. Le futur permet d’exprimer une hypothèse que l’avenir permettra de vérifier.
    • Expression d’une indignation. Quoi ! Vous ne lirez pas cette leçon jusqu’à la dernière ligne. L’énonciateur s’indigne à cause d’une action qu’il envisage dans le futur.

 

  1. 8.     Conditionnel présent. Valeurs temporelles et modales.

Le conditionnel présent, temps de l’indicatif, peut exprimer l’avenir du passé ou des situations pour lesquelles subsiste une marge d’incertitude.

  • Formation du conditionnel présent. Infinitif du verbe+ désinences de l’imparfait.
  • Valeurs du conditionnel présent.
    • Valeur temporelle.
      • Expression d’un futur à partir d’un moment du passé. Pierre m’a confirmé qu’il partirait à Venise cet été. (concordance des temps)
      • Valeurs modales.
        • Expression d’une marge d’incertitude.
          • On irait à Venise faire de la gondole [éventualité soumise à une condition]
          • Je partirais bien à Venise cet été [expression d’un souhait]
          • Selon Hakim, Malia partirait à Venise cet été [information sous réserve]
          • Marque de l’étonnement ou de la joie. Tu m’emmènerais à Venise avec toi !
          • Expression de l’imaginaire. Je serais excellent en grammaire, je battrais mon professeur de français et j’aurais 20/20 au brevet/Je serais le policier et tu serais le voleur/ On dirait j’ai dit ça !
          • Demande polie. Tu m’emmènerais à Venise avec toi ?
          • Expression d’un conseil. Tu devrais partir à Venise, c’est une très belle destination.
          • Concordance des temps
            • Potentiel. Si tu viens, je t’offrirai/t’offre un café.
            • Irréel du présent. Si tu venais, je t’offrirais un café.
            • Irréel du passé. Si tu étais venu, je t’aurais offert un café.

 

  1. 9.     Conditionnel passé. Valeurs temporelles et modales.

Le conditionnel passé, temps de l’indicatif, est la forme composée du conditionnel présent qui est utilisée pour le passé.

  • Formation du conditionnel passé. Auxiliaires « avoir »ou « être » au conditionnel présent+ participe passé du verbe conjugué
  • Valeurs du conditionnel passé.

Le conditionnel passé est l’équivalent pour le passé, du conditionnel présent.

  • Valeur temporelle.

Pierre confirma qu’il aurait terminé son voyage à Venise quand Marion arriverait. (Le conditionnel est exigé par la concordance des temps pour marquer l’idée de futur, le passé marque lui l’antériorité)

  • Valeurs modales.
    • Expression d’une information incertaine. Selon Hakim, Malia serait partie à Venise cet été.
    • Expression de l’irréel du passé. Si j’avais été riche, j’aurais vécu à Venise. Action qui aurait pu se réaliser dans le passé, mais qui est restée irréalisée. ATTENTION : la condition est exprimée au plus-que-parfait et non au conditionnel passé, sans quoi on en vient à dire : « Si j’aurais su, j’aurais pas v’nu » en lieu et place de « Si j’avais su, je ne serais pas venu)
    • Expression d’une demande polie. J’aurais voulu vous demander un tout petit service. Pourriez-vous me prêter vingt mille euros ?
    • Expression de l’imaginaire. J’aurais appris cette grammaire par cœur, j’aurais pu réciter tous les temps de tous les modes et alors je serais entré à l’Académie.

 

  1. 10.                Passé composé. Valeurs temporelles et modales.

Le passé composé, temps de l’indicatif, indique souvent que l’action est accomplie, mais il peut aussi servir à l’expression de nombreuses autres valeurs.

  • Construction de la forme composée. Auxiliaires « avoir »ou « être » au présent de l’indicatif+ participe passé du verbe conjugué.

 

  • Valeurs du passé composé.
    • Valeurs temporelles.Antériorité par rapport au moment de l’énonciation, vérité générale, futur proche.
      • Expression d’une vérité générale. L’homme a toujours été gourmand/ On a fait l’amour aveugle, parce qu’il a de meilleurs yeux que nous. (Rousseau)
      • Expression d’un futur proche. David nous rejoint, dans un quart d’heure, dès qu’il a terminé sa répétition.

 

  • Valeurs aspectuelles.
    • Expression d’un accompli du présent. Maintenant j’ai admis ton idée.
    • Expression du premier plan. Pierre chantait quand David a joué de la guitare.
    • Expression de faits successifs situés dans le passé. Il a pris deux tranches de pain dans lesquelles il a mis du fromage, de la salade et des tomates.
    • Expression d’une action passée avec prolongement éventuel dans le présent. [cf le present perfect anglais] David a joué de la guitare à partir de huit ans/ La République a été proclamée en France en 1792.
    • Valeurs modales.
      • Expression d’un fait dont la réalisation dans le futur est aléatoire. Si David a appris à lire la musique, il aura une guitare pour son anniversaire.

Le passé composé exprime ici un fait situé dans le futur, mais passé par rapport à un autre fait (son anniversaire). Cet apprentissage de la musique est-il déjà commencé (et appartenant de ce fait partiellement au passé) ? Nous n’en savons rien. Mais il devra avoir un caractère accompli. Examinons ce que donne la substitution du présent au passé composé :

Si David apprend à lire la musique, il aura une guitare pour son anniversaire.

L’idée, dans le premier cas, est que ce sera fait, qu’il l’aura apprise. Dans la phrase avec le présent, on a le sentiment qu’'il faudra qu’il s’y soit mis et qu’il sera encore en train de le faire.

 

 

 

  1. 11.                Plus-que-parfait. Valeurs temporelles. Autres valeurs.

Le plus-que-parfait, temps de l’indicatif, se rapporte à une action ou un état situés dans le passé et qui prennent place avant un autre fait lui aussi dans le passé.

  • Construction du plus-que-parfait. Auxiliaires « avoir »ou « être » à l’imparfait de l’indicatif+ participe passé du verbe conjugué.

 

  • Valeurs du plus-que-parfait.
    • Valeur temporelle : un passé dans le passé (antériorité) Devant son sourire, son ami comprit qu’il avait réussi son brevet de plongée. Antériorité d’une action par rapport à une autre action située dans le passé.
    • Valeurs aspectuelles.
      • Expression de l’accompli. Alain avait fait de la plongée avec ses parents. Alain ne pratique plus ce sport au moment où le locuteur s’exprime.
      • Valeur d’habitude. Quand il avait plongé, il faisait ensuite une sieste interminable.
      • Valeur modale.
        • Expression d’un fait hypothétique. Si je n’avais pas eu peur du barracuda, j’aurais réussi mon brevet de plongée. L’hypothèse apparaît au passé car elle est antérieure à un autre fait (non-obtention du brevet exprimée par un conditionnel). Le plus-que-parfait indique que le fait de ne pas avoir eu peur était possible dans le passé, mais qu’il ne s’est pas réalisé (puisque le locuteur a effectivement eu peur). Nous sommes là encore dans un irréel du passé.
        • Expression d’une atténuation. J’étais venu vous demander une avance.

 

  1. 12.                Passé antérieur. Valeurs temporelles et aspectuelles.

Le passé antérieur, temps de l’indicatif, exprime une action accomplie avec souvent une idée d’antériorité par rapport à un autre fait du passé.

  • Un temps de l’écrit. Actuellement ce temps est réservé à l’écrit. A l’oral, il témoigne d’un niveau de langue très soutenu.

 

  • Construction du passé antérieur. Auxiliaires « avoir »ou « être » au passé simple de l’indicatif+ participe passé du verbe conjugué.

Ne pas le confondre avec le plus-que-parfait du subjonctif.

 

  • Valeurs du passé antérieur.
    • Valeur temporelle : expression de l’antériorité. Juliette pleura après que Roméo lui eut dit adieu. Action située dans le passé, mais qui est antérieure à une situation elle-même située dans le passé.
    • Valeur aspectuelle : expression d’un passé accompli. Juliette eut vite compris qu’il n’y avait plus d’espoir. Le passé antérieur se rencontre dans des propositions circonstancielles de temps introduites par quand, lorsque, dès que, aussitôt que, après que.

La différence avec l’emploi du présent, pour bien marquer l’accompli, se voit si l’on compare deux formulations souvent rencontrées. Dans une discussion, la personne qui dit « Je comprends » exprime l’idée qu’elle est en train d’essayer de comprendre, sans y parvenir vraiment, et l’on perçoit qu’elle est prête à continuer de débattre. Celle qui dit « J’ai compris » fait savoir que le point est établi pour elle et que l’on peut passer à la suite.

 

  1. 13.                Futur antérieur. Valeurs temporelles. Autres valeurs.

Le futur antérieur exprime généralement une action située dans le futur avec une antériorité par rapport à une autre action du futur. Il peut avoir d’autres valeurs.

  • Construction du futur antérieur. Auxiliaires « avoir »ou « être » au futur de l’indicatif+ participe passé du verbe conjugué.

 

  • Valeurs du futur antérieur.
    • Valeur temporelle : expression d’un futur, antérieur à une autre action située elle aussi dans le futur. Tu auras fini de manger ta glace quand tes amis viendront te chercher. Le futur antérieur marque l’antériorité par rapport à une action elle-même située dans le futur.
    • Valeur aspectuelle : expression d’un futur accompli à un moment précis. Fin août, il aura écrit toutes les chansons de son récital.
    • Valeur modale : expression d’une supposition. Geneviève est très en retard, elle se sera égarée.