Accueil

CITATIONS (2017-...)

Citations (archives 2012-2016)

Citations (archives 2008-2012)

LES TEXTES DU MOIS (2017-...)

Textes du mois (archives 2012-2016)

Textes du mois (archives 2008-2012)

HISTOIRES DRÔLES ET ABSURDES

Histoires drôles et absurdes (archives 2011-2012)

NOTES DE LECTURE

Notes de lecture (2012-2016)

notes de lectures (archives 2008-2012)

MA BIBLIOTHEQUE IDEALE

Ma bibliothèque idéale (archives 2012-2016)

ma bibliothèque idéale (archives 2008-2012)

carnet d'écriture n°1 (2009-2011)

carnet d'écriture n°2 (2012)

Carnet d'écriture n°3 (2012-2013)

carnet d'écriture n°4 (2014-2016)

DICTIONNAIRE DES MOTS ADOPTES

ELOGE DE LA FRANCOPHONIE

coin Caratini I César

COIN CARATINI II Auguste

COIN PROUST

COIN TOURNIER

COIN DES PETITS BATEAUX

RECENSEMENT DES TEXTES

RECENSEMENT DES OEUVRES.

RECENSEMENT DES TEXTES AUTOGRAPHES.

RECENSEMENT DES FILMS

ABECEDAIRE ANTIQUE.

Cicéron

ABECEDAIRE MYTHOLOGIQUE.

éléments de religion romaine

Les esclaves dans la société romaine antique de la fin de la République

la mort dans la Rome antique de la fin de la République

Coin cinéma n°1

coin cinéma n°2

coin cinéma n°3

coin cinéma n°4

coin cinéma n°5

coin cinéma n°6

GRAMMAIRE FRANCAISE

LES NOTIONS DE BASE

LE NOM

homonymes, paronymes

LE VERBE

le verbe et ses assistants

les différentes formes du verbe

Valeurs temporelles, aspectuelles et modales des temps de l'indicatif

le subjonctif et l'impératif

PRINCIPAUX ACCORDS

accord des noms

accord des adjectifs et des déterminants numéraux

accord des participes passés.

LA PHRASE

mémento grammatical

mémoire musicale

Oscar Wilde

Citations (archives 2012-2016)

Page créée à l'occasion des quatre ans de Simorgh, les précédentes citations sont archivées cf citations (archives 2008-2012)

 

 

  

 

décembre 2016

 

  • « L’homme est le moins lui-même lorsqu’il parle en son nom propre. Donnez-lui un masque et il vous dira la vérité. »(Wilde, Le critique comme artiste)
  • « Rien n’est permanent, sauf le changement. Seul le changement est éternel »   (Héraclite)

 

  • « Vivre, ce n’est pas attendre que l’orage passe. Vivre, c’est apprendre à danser sous la pluie »  (Sénèque)

 

  • "Quand tout semble être contre vous, souvenez-vous que l’avion décolle face au vent, et non avec lui." (Henri Ford)

 

 

novembre 2016

 

  • "Tout ce que vous désirez se trouve tout juste à l'extérieur de votre zone de confort." (Robert Allen, Professeur d'histoire de l'économie à Oxford)
  • "Le travail de la pensée ressemble au forage d'un puits: l'eau est trouble d'abord, puis elle se clarifie." (Professeur Mooc, dans le Mooc d'Anne Nouvel, professeure associée au Cnam, consacré au droit des contrats de travail en France).
  • "En démocratie, aucune autorité n'est infaillible, pas même celle du peuple." (Dominique Rousseau dans "Le Monde", cité par Hélène Jouan, revue de presse du 15 novembre 2016, France Inter).
  • "Il n'y a que celui qui a connu le chaos en soi qui peut accoucher d'une étoile qui danse", Nietzsche.

 

 

octobre 2016

  • "Les obstacles sont ces choses que tu vois lorsque tu perds l'objectif de vue." (Henry Ford)

 

  • "Mon expérience m'a appris qu'on ne se libère du passé qu'en l'affrontant." (Phrase prononcée par le flic, protagoniste de Dans les brumes électriques de Bertrand Tavernier. Dans le même film, une très juste double définition de la compréhension).

 

  • "Qui ne se plante pas ne pousse jamais." (maxime lue)

 

  • "Les pauvres humains perdent leur temps à ne vouloir considérer que les nuances qui les différencient, pour ne pas réfléchir à trois choses précieuses qui les réunissent:

    les larmes que le proverbe africain appellent "les ruisseaux sans cailloux ni sable",
    le sang qui maintient la vie
    et, enfin, l'intelligence".

(Felix Éboué, le 1er juillet 1937, devant des élèves du Lycée Carnot, à Pointe-à-Pitre)

 

septembre 2016

  •  "Nous sommes des archipels" (Gaël Faye, à propos de nos identités).

 

  • "Le succès c'est tomber sept fois, se relever huit." (Proverbe japonais)

 

  • En chinois, le mot crise est formé de deux caractères. L’un représente le danger. L’autre l’opportunité." (J.F. Kennedy)

 

  • "Si tu veux connaître quelqu'un, n'écoute pas ce qu'il dit, mais regarde ce qu'il fait." (Dalaï-Lama)

 

 

août 2016

 

  • "Pour obtenir ce que vous n'avez jamais eu, faites ce que vous n'avez jamais fait." (Antony Robbins)

 

  • "La difficulté attire l'homme de caractère, car c'est en l'étreignant qu'il se réalise lui-même." (Charles de Gaulle)

 

  • "Nous devons apprendre à vivre tous ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots." (Martin Luther King)

 

  • "Il y a plus de courage que de talent dans la plupart des réussites." (Félix Leclerc)

 

juin 2016

 

 

  • "Il faut savoir ce que l'on veut; quand on le sait, il faut avoir le courage de le dire; quand on le dit, il faut avoir le courage de le faire." (Clemenceau) Qu'est-ce que la volonté sans la parole? La parole sans l'acte?

 

  • "Si on veut obtenir quelque chose que l’on n’a jamais eu, il faut tenter quelque chose que l’on n’a jamais fait." (Périclès)

 

  • "Avant de parler, demande-toi si ce que tu vas dire vaut mieux que le silence." (Lao-Tseu)
  • "Quand je lâche ce que je suis, je deviens ce que je pourrais être." (Lao-Tseu)

 

mai 2016

 

  • "Les musées sont l’invention d’une humanité qui n’a pas de place pour les œuvres d’art, ni dans ses maisons, ni dans sa vie." (Nicolás Gómez Dávila, Escolios a un texto implícito)

 

  • "La vie est plus belle que la prudence." (Abbé Pierre)

 

  • "Les yeux appartiennent au ciel, pas à la chair." (Christian Bobin, Noireclaire)

 

  • "Absente pour cause d'extase." (Christian Bobin, ibidem)

 

avril 2016

 

  • "Tout le monde est un génie, mais si vous jugez un poisson rouge par sa capacité à grimper aux arbres, il passera sa vie entière persuadé qu'il est totalement stupide." (Albert Einstein)

 

  • "Il reste toujours un peu de parfum à la main qui donne des roses." (Confucius)

 

  •  "L'insolence est un moyen d'être égal à soi et supérieur aux autres dans toutes les circonstances où les autres semblent l'emporter sur vous." (Maurice Blanchot).

 

mars 2016

  • "Apprends à écrire tes blessures dans le sable et à graver tes joies dans la pierre." (proverbe chinois)

 

  • "Ce n'est pas le vent qui décide de votre destination, c'est l'orientation que vous donnez à votre voile. Le vent est le même pour tous." (Jim Rhon)

 

  • "Fais en sorte que chacun soit plus heureux après t'avoir rencontré." (Mère Térésa)

 

  • "Soyez vous-même, les autres sont déjà pris."(Oscar Wilde)
     

février 2016

  • "Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l'opportunité dans chaque difficulté." (Winston Churchill)

 

  • "Nous aimons tous gagner, mais combien aiment s'entraîner?" (Marc Spitz, champion olympique de natation)

 

  • "La gloire n'est pas de ne jamais tomber, mais de se relever chaque fois que l'on tombe".(Confucius)
  • "Si vous pensez que vous êtes trop petit pour changer quoi que ce soit, essayez donc de dormir avec un moustique dans votre chambre."(Betty Reese)

 

janvier 2016

 

  • "La mémoire, c'est l'imagination à l'envers. " (Daniel Pennac, La Fée carabine)

 

  • "Deux choses te définissent: ta patience lorsque tu n'as rien; ton attitude lorsque tu as tout."

 

  • Il n'y a pas de faibles, il n'y a que des gens qui ne savent pas ce qu'ils valent.(Daniel Pennac)
  • "Vous ne pouvez choisir ni comment mourir, ni quand. Mais vous pouvez décider comment vous allez vivre. Maintenant." (Joan Baez)

décembre 2015

 

  • Le chien pense: mon maître est formidable. Il s'occupe de moi, me nourrit, me soigne, ce doit être Dieu.
    Le chat pense: mon maître est formidable. Il s'occupe de moi, me nourrit, me soigne, je dois être Dieu." (blague anglaise)

 

  • "L'opportunisme est l'art de naviguer en profitant du vent que font les autres." (Alessandro Manzoni)

 

  • "Le plus grand danger qui nous guette n'est pas de viser un but trop élevé et de le manquer mais plutôt de choisir une cible trop modeste et de l'atteindre." (Michel-Ange)

 

  • "Quand je suis allé à l'école ils m'ont demandé ce que je voulais quand je serais grand, j'ai dit être heureux, ils m'ont dit que je n'avais pas compris la question, j'ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie." (John Lennon)

 

octobre 2015

 

  • "Après une faute, la vraie faute, c'est de ne pas se corriger." (Confucius)

 

  • "Quand on est heureux, on apprécie la musique. Mais quand on est triste, on comprend les paroles." (Frank Océan)

 

  • "Le baiser est la plus sûre façon de se taire en disant tout." (Maupassant)

 

 

 septembre 2015

 

  • "L'humour, cette façon habile et entièrement satisfaisante de désamorcer le réel au moment même où il va vous tomber dessus." (Romain Gary, La Promesse de l'aube)
  • "L'indépendance vaut bien qu'on supporte la solitude." (George Bernard Shaw, Mes inscriptions)

 

  • Dans l’imaginaire, un écrivain est toujours mort, même quand il est vivant. Et les chanteurs, c’est l’inverse : même morts, ils sont vivants. Il me reste donc à écrire comme on chante. (Christian Bobin, Autoportrait au radiateur.)

 

 

août 2015

  • L'expérience est le nom que chacun donne à ses erreurs. (Oscar Wilde)

 

  • "Il est plus difficile de désagréger un préjugé qu'un atome." (Einstein)

 

  • "Un héros, c'est celui qui fait ce qu'il peut. Les autres ne le font pas. (Romain Rolland, Jean-Christophe)

 

 

 

juillet 2015

  • "Demain, dans quelques jours tu sauras à merveille ce que tu devras faire. C'est alors qu'il faudra te rappeler l'embarras que tu éprouves présentement, et feindre ce que tu ne sentiras plus. Si tu peux retrouver ce jeu de physionomie et cette attitude, je te prédis le plus beau succès." (Vitalis enseigne les bases du théâtre à Rémi, Sans famille, Hector Malot)

 

  • Le luxe est une question d'argent. L'élégance une question d'éducation." (Sacha Guitry)

 

  • "La moquerie peut avoir du bon pour réformer un caractère vicieux, mais lorsqu'elle s'adresse à l'ignorance, elle est une marque de sottise chez celui qui l'emploie." (Vitalis à Rémi)

 

  • "J'ai glissé dans cette moitié du monde pour laquelle l'autre n'est qu'un décor." (Annie Ernaux, La Place, pour dire son embourgeoisement, son changement de classe sociale)

 

juin 2015

  • "Tu pourras dégénérer en formes inférieures, qui sont bestiales; tu pourras, par décision de ton esprit, te régénérer en formes supérieures, qui sont divines." (Jean Pic de la Mirandole, Sur la dignité de l'homme)

 

  • "« Les miroirs feraient bien de réfléchir un peu plus avant de renvoyer les images ».(Jean Cocteau)

 

  • "L'amour n'existe pas en soi. C'est la rencontre avec une autre personne qui nous révèle quelque chose du monde." (Julien Baer)

 

  • "Pas de peur-pas de méchanceté-pas de jalousie." (Devise de Bob Dylan)

 

mai 2015

 

  •   "Toutes les ténèbres du monde ne peuvent éteindre la flamme d'une seule petite bougie" (proverbe persan)

 

  •  "Une injustice où qu'elle soit est une menace pour la justice partout." (Martin Luther King, Lettre de la prison de Birmingham)

 

  • "Il faut toujours viser la lune, car même en cas d'échec, on atterrit dans les étoiles." (Oscar Wilde, cité par Claudie Haigneré, "Clés", avril-mai-2015)

 

  •  "La langue de l'Europe, c'est la traduction." (Umberto Eco/ "Parler une autre langue fait voir le monde autrement." Barbara Cassin, Philosophe, directrice de recherche au CNRS)

 

 

avril 2015

 

  • Quand on proposa à Winston Churchill de couper dans le budget culture pour aider à l'effort de guerre, il répondit tout simplement: "Mais alors, pourquoi nous battons-nous?"

 

  •  "Éloigne toi de ton ennemi sans lui faire aucun mal." (Abdelkader cité par Marie Desplechin, "Remèdes à la mélancolie", 8 mars 2015)

 

 

  • "Ne vis pas pour que ta présence se remarque, mais pour que ton absence se ressente." (Bob Marley)

 

  •  "Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots." (Jean Jaurès)

 

 

 

mars 2015

 

  • "Quand vous voyez un homme sage, pensez à l'égaler en vertu. Quand vous voyez un homme dépourvu de sagesse, examinez-vous vous même" (Confucius, Entretiens du Maître avec ses disciples)

 

  •  "L'homme honorable commence par appliquer ce qu'il veut enseigner; ensuite il enseigne." (Confucius, ibidem)

 

  • "Les fonctionnaires sont comme les livres d'une bibliothèque: les plus haut placés sont ceux qui servent le moins." (Clemenceau)

 

  • "Le verbe aimer est difficile à conjuguer: son passé n'est pas simple, son présent n'est qu'indicatif, son futur est toujours conditionnel." (Jean Cocteau)

 

 

février 2015

 

 

  • "Le public algérien, je te jure, il adore l'interdit. Mais vous lui interdisez...Je suis allée en Algérie. J'ai vu tous mes albums, tous mes DVD, ils sont vendus là-bas..alors, tu sais, ils m'adorent, ils me lâcheront jamais. " (Biyouna, dans un entretien diffusé sur France Inter, "Remède à la mélancolie, 1er février 2015)

 

  • "Justice. Être continuellement prêt à admettre qu'un autre est autre chose que ce qu'on lit quand il est là (ou qu'on pense à lui). Ou plutôt: lire, en lui, aussi (et continuellement) qu'il est certainement autre chose que ce qu'on y lit (...) Chaque être crie en silence pour être lu autrement. Ne pas être sourd à ces cris." (Simone Weil, Cahiers, Plon, 1952, pages 72-73. Passage cité et commenté par Frédéric Worms dans son essai Penser à quelqu'un)

 

  • "Un ami c'est quelqu'un qui vous connaît bien et qui vous aime quand même." (Hervé Lauwick)

 

  •  Voici ce qu'écrit un ami de Sandor Ferenczi ("enfant terrible" de la psychanalyse), qui avait sans doute appris de lui à ne pas la refouler, et qui a trouvé encore grâce à lui la capacité vivante de penser à lui:

"Je veux me souvenir ici d'un grand savant hongrois qui fut mon ami. J'ai d'abord été tenté de rester pour une fois objectif "objectif", et de ne pas m'autoriser l'émotion. Mais les êtres vivent en nous. Hors de nous, ils n'existent pas. Ils se fondent dans nos sentiments. Si nous les dépouillons de ceux-ci, nous les dépouillons aussi de leur personnalité, et il ne reste d'eux que quelques dates, quelques faits. Pourquoi ne proclamerais-je pas que j'avais plaisir à penser à lui, à savoir comment il allait, à espérer que je pourrais le rencontrer? (...) Pourquoi dissimulerais-je que, lorsqu'au cimetière j'ai aperçu son cercueil, j'ai pleuré, parce que je sentais tout à coup combien ce cercueil était minuscule, alors que la vie qu'il scellait avait été grande."

(D. Kosztolanyi, Sandor Ferenczi, Cure d'ennui, Écrivains hongrois autour de Sandor Ferenczi, traduction S.Képès, éd. M.Moreau-Ricaud, Gallimard, "Connaisssance de l'inconscient", 1992, page 100. Ce passage est cité par Frédéric Worms, dans son essai Penser à quelqu'un, 2014)

 

 

 

janvier 2015

 

  • "Ce que les autres te reprochent, cultive-le, parce que c'est toi!" (Charlie Chaplin)

 

  • "Le bonheur est souvent la seule chose qu'on puisse donner sans l'avoir et c'est en le donnant qu'on l'acquiert." (Voltaire)

 

  • "Même si j'étais réduit en poussière, je t'embrasserais avec mes cendres." ( Liu Xiaobo, Prix Nobel de la paix, écrivain chinois s'adressant à sa femme dans un texte intitulé "Je n'ai pas d'ennemis.")
  • " Personne ne naît en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de son passé, ou de sa religion. Les gens doivent apprendre à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, on peut leur enseigner aussi à aimer, car l’amour naît plus naturellement dans le cœur de l’homme que son contraire. " (Nelson Mandela)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 décembre 2014

 

  • "Le bonheur est de continuer à désirer ce que l'on possède déjà." (Saint Augustin)

 

  • "Le hasard ne sourit qu'aux esprits préparés." (Pasteur)

 

  • "Dans un monde sans mélancolie, les rossignols se mettraient à roter. " (Cioran) Cette citation me fait penser aux pages de Marcel Conche dans Nietzsche et le bouddhisme.

 

  • "Ne pas accepter la solitude c'est en général s'appuyer lourdement sur les autres; or, ceux qui supportent la solitude sont ceux sur qui on finit par s'appuyer." (Marguerite Yourcenar in L'Oeuvre au noir, citée par Jacques Chancel dans l'émission "radioscopie")

 

 

 novembre 2014

 

 

  • "Le réel est la superposition de tous les imaginaires possibles." (Alain Connes, mathématicien)

 

  • "Je néant vide rien." (auteur anonyme)

 

  • "Vache qui rit vendredi, dimanche corrida." (auteur anonyme)

 

  • "L'amour suppose toujours la liberté." (Jane Roberts, Seth parle: l'essentiel en 365 pensées)

 

octobre 2014

 

  • "Un bienfait perd sa grâce à le trop publier." (Pierre Corneille)
  • « Non mais, t'as déjà vu ça ?... En pleine paix, y chante et pis crac ! un bourre-pif ! Mais il est complètement fou ce mec ... Mais moi, les dingues, j'les soigne, je m'en vais lui faire une ordonnance, et une sévère ! Je vais lui montrer qui c'est Raoul. Aux 4 coins de Paris, qu'on va le retrouver éparpillé par petits bouts, façon puzzle ... Moi, quand on m'en fait trop, je correctionne plus, je disperse ... je ventile ... »

    LES TONTONS FLINGUEURS, Georges LAUTNER - 1963
    Bernard Blier sur un dialogue de Michel Audiard.

 

  •  "L'enfant est un fruit qu'on fit." (Léo Campion)

 

  • "Vous connaissez l'histoire du mouton qui court jusqu'à perdre la laine? (auteur inconnu)

 

août 2014

 

  • "Victor Vauthier : Moi aussi, j'ai longtemps été seul. J'ai eu une jeunesse atroce dont j'aime mieux pas parler. Un père alcoolique, maman usée par les lessives. Je la revois dans la forêt couverte de givre, ramassant du bois mort, moi accroché à ses haillons.
    Marie-Charlotte Pontalec : Vous étiez combien, chez vous ?
    Victor Vauthier : Hôff... Au moins quinze.
    Marie-Charlotte Pontalec : Quinze ?!...
    Victor Vauthier : Et puis alors des hommes ont commencé à défiler à la maison. Des militaires, surtout. Faut dire que maman était très belle. Vous l'auriez vue sur le grand escalier du vestibule, avec son boa autour du cou, en plumes de paon...
    Marie-Charlotte Pontalec : Ah. Pour ramasser du bois, c'est pratique, ça...
    Victor Vauthier : Non, alors si vous m'interrompez tout l'temps, moi j'perds le fil."

      • Début de la scène de va-et-vient de Victor entre le Petit Savarin, où il déjeune avec Marie-Charlotte Pontalec, déléguée permanente d'assistance post-pénale nommée par le juge d'application des peines, et les salons huppés du Prince de Galles, où il tente simultanément d'escroquer des hommes politiques africains.
      L'incorrigible (1975), film de De Broca avec Jean-Paul Belmondo. Texte  écrit par Michel Audiard.

     

  • Victor Vauthier : Dur, très dur ! Cinq heures d'avion, six heures de chameau, huit heures de train, j'arrive d'Addis-Abeba !
    Hélène : Je sais ton avocat m'a dit. [...] Tu as reçu mes colis ?
    Victor Vauthier : Oui.. Vois-tu l'homme ne vit pas seulement de conserves ! Durant ces années j'ai longuement réfléchi. Je me suis dit : Victor qu'as tu fais de ta jeunesse ? Après quelles chimères cours-tu ? À vouloir saisir l'insaisissable, ne risques-tu pas de perdre l'essentiel ? Jetteras-tu enfin l'ancre, vieux coureur de savane ?

    • Hélène, une ancienne maitresse, surprend Victor dans la baignoire de son hôtel particulier Avenue Foch qu'il compte d'ailleurs utiliser pour arnaquer un couple d'ambassadeurs américains

     

  • Madame Florinda : Des hommes comme Victor, quand on en trouve un, on le garde. C'est une lanterne magique, Victor. Il ne vous a jamais fait voir la Mosquée Bleue ?
    Marie-Charlotte : Où ça ?
    Madame Florinda : N'importe où ! Gennevilliers, Malakoff ! Une fois, il m'a fait traverser le Bosphore à Bougival !

    • Victor a emmené Hélène dans un cirque itinérant où il dit avoir passé sa jeunesse. Une fête est donnée. Madame Florinda fait l'éloge de Victor auprès de Marie-Charlotte. Ibidem.

     

  • "Je m'escapade, je m'éclipse, je me disperse, adieu." Ibidem.

     

    mars 2014

    • "A quoi sert d'imaginer le destin, on le rencontre toujours assez tôt. (Jean-Paul Nozière, Un été algérien)
    • "En faisant scintiller notre lumière, nous offrons aux autres la possibilité d'en faire autant." (Nelson Mandela)

    février 2014

    •  "A mille autres privilèges, le despotisme ajoute celui de dire et d'entendre ce qu'il veut." (Antigone, Jean Cocteau)

     

    • Une femme a Winston Churchill dans une soirée : " Monsieur vous êtes saoul"
      Reponse de Churchill : " peut-être mais vous êtes moche et moi demain je serai sobre".

     

    • "Je suis un homme mort. Ne tentez pas de me couvrir de fleurs, je n'en sens plus le parfum." (Abdelkader)

     

    • "Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous? Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d'extraordinaire?" (Matthieu, V, 46-47)

     

    janvier 2014

     

     

    • "Avant, les Français me regardaient comme si j'étais la France: maintenant, ils savent que je suis incontinent." (Charles De Gaulle, à propos de son opération de la prostate. Propos rapporté par "Le Canard enchaîné" du 11 décembre, citant "Le Figaro" peu après la divulgation d'une information médicale relative à François Hollande, Président de la République.)

     

    • "Pour survivre et prospérer, votre idée doit être plus grande que vous." (Robert HOYT, physicien américain)

     

    • "Sur une échelle de 1 à 10, tu vaux au moins 11." (Yago le perroquet contrefaisant la voix de Jafar son maître pour se flatter, Aladdin)

     

    • "Chaque fois que je déprime, je me déplume." (Yago dans Aladdin)

     

     _______________________________________________________________________________________________________________________

     

     décembre 2013

    •  "Je vous aime comme un insensé; comme ni mon âge, ni une longue habitude de la vie, ni mon coeur froissé depuis longtemps par la douleur et fermé depuis à toute émotion profonde, ne devraient me permettre encore d'aimer." (Lettre à Anna Lindsay, Benjamin Constant, novembre 1800)

     

    • "Savoir, penser, rêver. Tout est là."(Victor Hugo)

     

    • "C'est un piètre disciple que celui qui ne dépasse pas son maître." (Léonard de Vinci)

     

    • "L'homme est de glace aux vérités; il est de feu pour les mensonges." (La Fontaine, Fables, "Le statuaire et la statue de Jupiter.")

     

    novembre 2013

     

    • "Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu." (Brecht)

     

    • "Les hommes, il faut les aimer comme ils sont, et ne  jamais essayer de les changer." (Histoire d'Alice qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un), Francis DANNEMARK)

     

    • "The hardest thing of all is to find a black cat in a dark room, especially if there's no cat." (Histoire d'Alice qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un), Francis DANNEMARK)

     

    • "La vie est une tragédie-quand on la regarde de près. Mais avec un peu de recul, c'est une comédie." (Histoire d'Alice qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un), Francis DANNEMARK)

     

     octobre 2013

     

    •  "Prenez un cercle, caressez-le, il deviendra vicieux!" (La Cantatrice chauve, Eugène Ionesco)

     

    • "L'autre jour au fond d'un vallon, un serpent piqua Jean Fréron. Que pensez-vous qu'il arriva? Ce fut le serpent qui creva." (Voltaire, "Epigraphe")

     

    • "On peut tout te prendre; tes biens, tes plus belles années, l'ensemble de tes joies, et l'ensemble de tes mérites, jusqu'à ta dernière chemise -il te restera toujours tes rêves pour réinventer le monde qu'on t'a confisqué." (L'Attentat, Yasmina Khadra)

     

    • "Je ne savais pas que c'était si simple de faire son devoir quand on est en danger." (Lettre de Jean Moulin à sa mère et à sa soeur, 15 juin 1940, publiée dans les Appendices de Premier combat, Jean Moulin)

     

     septembre 2013

     

    •  "Je me souviens de Giordano Bruno. Respecté comme docteur de l'Eglise, brûlé vif au centre de Rome. Au cours du procès, il a dit au tribunal quelque chose comme "Je n'ai pas peur du bûcher. Mais vous, vous avez peur de votre verdict." Aujourd'hui il a sa statue à l'endroit où il a été assassiné." (Aleph, Paulo Coelho)

     

    • "Les langues anciennes ne servent à rien en particulier, mais elles peuvent être utiles à tout." (Barbara Cassin, titre d'un article publié dans "L'Expansion", 15 mars 2013)
    • "Le théâtre n'est pas le pays du réel : il y a des arbres de carton, des palais de toile, un ciel de haillons, des diamants de verre, de l'or de clinquant, du fard sur la pêche, du rouge sur la joue, un soleil qui sort de dessous terre. C'est le pays du vrai..." (Victor Hugo, Tas de pierres III, 1830-1833)

    • « L'éducation ne consiste pas à gaver mais à donner faim. » (Michel Tardy)

     

    août 2013

     

    • "Je crois que les questions, on se les pose avant." (Cannibale, Didier Daeninckx: phrase qui souligne que la réflexion peut empêcher l'action urgente quand elle n'a pas été là assez tôt pour agir le moment venu. C'est la réponse de Caroz à Gocéné qui lui demande pourquoi il s'est interposé au policier qui allait l'abattre).

     

    • "Je crois au mariage qui dure car je crois au miracle" (Sacha Guitry)

     

    • "Il faut s'amuser à mentir aux femmes. On a l'impression qu'on se rembourse." (Sacha Guitry, Elles et toi)

     

    • "Il y a trois sortes de mensonges: les mensonges, les gros mensonges et les statistiques." (Autobiographie, Mark Twain)

     

    juillet 2013

     

    • "Chacun de nous est une lune, avec une face cachée que personne ne voit" (Autobiographie, Mark Twain)

     

    • "La machine a gagné l'homme. L'homme s'est fait machine, il fonctionne et ne vit plus." (Gandhi)

     

    • "Pendant que vous irez courir l'aventure, il faut que quelqu'un reste pour garder la vieille maison." (Léon Blum, Discours au congrès de Tours, 1920)

     

    • "Nos manques nous servent presque autant que nos biens" (Changer la vie, Jean Guéhenno)

     

    juin 2013

     

    • "La justice ne va pas sans révolte." (Albert Camus, Actuelles)

     

    • "Le livre est l'opium de l'Occident". ( Anatole France, La vie littéraire)

     

    • "Il n'y a pas de lumière sans ombre." (Louis Aragon)

     

    • "De deux choses lune,

                l'autre c'est le soleil." (Paroles, Jacques Prévert)

     

     

    mai 2013

     

    • "Le monde sera sauvé, s'il peut l'être, par les insoumis."  (André Gide, Journal)

     

    • "Le premier être humain à jeter une insulte, plutôt qu'une pierre, est le fondateur de la civilisation." (Freud)

     

    • "Il y a trois choses intolérables dans la vie: le café froid, le champagne tiède et les femmes surexcitées."  (Orson Welles)

     

    • "Le jeu, c'est tout ce qu'on peut faire, sans y être obligé." ( Les Aventures de Tom Sawyer, Mark Twain)

     

    avril 2013

     

    • "Celui qui crie veut étouffer la voix de l'autre". (Le cardinal Roncieri, légat du Pape, à Las Casas dans La controverse de Valladolid, Jean-Claude Carrière)

     

    • "nous risquons d'être constamment ensorcelés par l'habitude, prise depuis l'enfance, que nous avons de nos propres usages, lesquels nous semblent de ce fait très supérieurs aux usages des autres." (La controverse de Valladolid, Jean-Claude Carrière)

     

     

     

    • "Hâtez-vous lentement,

    et, sans perdre courage,

    Vingt fois sur le métier

    remettez votre ouvrage:

    Polissez-le sans cesse et le repolissez;

    Ajoutez quelquefois, et souvent effacez (...)"

     

     (Nicolas Boileau, L’Art poétique, 1674)

     

     

    • "Je pense que quand on mettra les cons sur orbite, t'as pas fini de tourner." (Jean Gabin dans Le Pacha, dialogues d'Audiard)

     

     

    mars 2013

     

     

    • "Le journalisme, ça consiste à dire que Lord Jones est mort, alors que personne ne savait qu'il était vivant." (Oscar Wilde)

     

    • "On peut vivre parfois pendant des années sans vivre du tout, et puis soudain, la vie entière se comprime en l'espace d'une seule heure. Ce fut ce qui m'arriva lorsque je te rencontrai. Ce que j'avais toute ma vie cherché sans imaginer pouvoir le trouver: la perfection de la beauté. Cela apparut lorsque je te vis venir vers moi et me parler." (Oscar Wilde, lettre à Bosie alias lord Alfred Douglas)

     

    • "Aimer, ce n'est pas seulement "aimer bien", c'est surtout comprendre." (Françoise Sagan, Qui je suis)
    • "L'amour supporte mieux l'absence ou la mort que le doute ou la trahison." (André Maurois)

     

     

    février 2013

     

     

    • "Quand les gens sont d'accord avec moi, j'ai toujours l'impression que je suis dans l'erreur" (Oscar Wilde)

     

    • "Il n'y a que deux langues au monde: le grec et le français." (Oscar Wilde qui écrit Salomé en français)

     

    • "Les livres peuvent être divisés en trois espèces: les livres à lire, les livres à relire, les livres à ne jamais lire. C'est hélas la catégorie la plus fournie!" (Oscar Wilde)

     

    • "Ce n'est pas ma faute si je déteste ma famille. J'imagine que cela vient du fait qu'aucun de nous ne supporte de constater que d'autres personnes ont les mêmes défauts que vous." (Oscar Wilde)

     

     

     

     

    janvier 2013

     

    • A bon chat, bon rat. (proverbe. Il faut être à la hauteur de l'adversaire)

     

    • "La bise de Grignan me fait mal à votre poitrine" (Mme de Sévigné à sa fille)Belle illustration de l'empathie. A rapprocher du proverbe arabe : "Papa, quel est mon ami? Celui que ta peine afflige."

     

    • Le flocon de neige est insignifiant, mais, dans la tempête, si des milliers de flocons de neige s'accumulent sur un arbre, ils le font ployer et l'abattent. (Proverbe chinois sur le thème de "l'union fait la force")

     

    • "Le cabri mourra, mais sa peau continuera de chanter sur le tam-tam" (proverbe africain)

     

     -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     décembre 2012

     

     

    • "On dit de certaines pluies qu’elles martèlent. D’autres qu’elles tambourinent. D’autres qu’elles crépitent. Ces images, indépendamment de l’impression de vérité qu’elles procurent, sont à proprement parler extraordinaires – un tambourin, un feu, un marteau – pour dire la pluie. De telles images conduisent alors à inverser la comparaison à leur source.

      Ce ne fut pas la pluie qui tambourinait.

      Ce fut le tambourin qui appelait la pluie. "

      (Pascal Quignard. La haine de la musique. cité par JC Ameisen 1/9/2012)

     

     

    • "Le difficile demande du temps. L'impossible un peu plus." (Chaïm Weizmann)

     

    • "Il faut se méfier des ingénieurs: ça commence par la machine à coudre et ça finit par la bombe atomique." (Critique des critiques, Marcel Pagnol)

     

    • "Le christianisme, dans son essence -et c'est paradoxalement sa grandeur-, est une doctrine de l'injustice. il est fondé sur le sacrifice de l'innocent et l'acceptation de ce sacrifice." (Actuelles, Albert Camus)

     


    novembre 2012

    • "Quel âge à Paris?                                                                                                  On ne demande pas l'âge d'une jolie femme.

                Quelle disparition regrettez-vous le plus à Paris?                                                              Le métro gratuit. Ah, y a jamais eu?

             Quelle est la chose la plus ringarde à Paris?

             Si j'en crois les conversations: la province.

             Qu'est-ce que vous aimeriez voir disparaître à jamais de la capitale?

              Les phrases qui commencent par : "Attends, tu connais pas? Il faut absolument que..."

             Vous rebaptisez la place Charles De Gaulle?

              La place "Surveille-Bien-Ton-Angle-Mort"!

          (extrait de l'entretien avec l'acteur réalisateur Kyan Khojandi, Télérama Sortir 3275, 17/10/2012)

     

    • "Il y a des illusions d'optique dans le temps comme dans l'espace." (Proust, A la recherche du temps perdu)

     

    • "La témérité des jugements que nous portons sur les autres est en raison directe des illusions que nous avons sur nous-mêmes. (Pensées et maximes, Théophile Funck-Brentano)

     

    • "Il y a une orientalisation du croire." (Piotr Kuberski, Historien des religions, chargé de cours d'Histoire des religions à l'université de Metz-France Inter, La Marche de L'Histoire, 2/11/12. Notons que Jean Lebrun l'interroge en retour sur une "évaporation du croire").

     

     

     

    octobre 2012

     

    •   "Les acteurs ont tendance à penser qu'il faut mettre de la vie dans un texte. Erreur! La vie, c'est le texte. (...) Le but n'est pas de bien dire, comme les gens de la Comédie-Française d'il y a cinquante ans. Le but est de trouver le bon état. C'est par la pratique sonore de la phrase qu'on l'atteint. Par la fréquentation du texte, la connaissance de toutes ses variations possibles. Comme le professe Jouvet, un acteur, c'est une voix." (Fabrice Lucchini, entretien avec Louis Guichard, Télérama n°3271 du 19/09/2012)

     

    •  "Être un couple, c'est ne faire qu'un. Oui, mais lequel?" (Oscar Wilde cité par Fabrice Lucchini, ibidem)

     

    •  "Dans les grandes crises, le coeur se brise ou se bronze" (Balzac)

     

    • "Le cours du caoutchouc est élastique." (Jacques Tati).

     

     septembre 2012.

     

    •  "De fait, nous savions peu les uns sur les autres et il ne nous intéressait pas trop de savoir le détail. Ce n'est pas que nous étions une famille de sans-coeur, mais en raison de cette loi implacable qui veut que la force des liens est inversement proportionnelle au carré de l'éloignement, multiplié par la durée de la séparation. (Rue Darwin, Boualem Sansal)

     

    • "Le but de l'instruction est la fin de l'instruction, c'est-à-dire l'invention" (Michel Serres)

     

    • "Rien n'est plus dangereux qu'une idée, quand on n'a qu'une idée". (Alain,Propos sur la religion)

     

    •  "L'imaginaire: ce qui tend à devenir réel." (Second Manifeste du surréalisme, André Breton).

     

    août 2012.

     

    • "Le hasard n'est que la mesure de notre ignorance." (Pensées, Alfred Capus)

     

    • "Nous arrivons à une époque où nous nous rendons compte que l'autre n'a pas forcément tort. La conscience de l'autre nous vient peu à peu. C'est ça, pour moi, le seul et unique progrès de l'Histoire" (Jean d'Ormesson)

     

    • "Les hommes préfèrent les blondes parce que les blondes savent ce que les hommes préfèrent" (Marilyn Monroe)

     

    • "Les hommes se distinguent par ce qu'ils montrent et se ressemblent par ce qu'ils cachent." (Mélanges, Paul Valéry)